AOP Bandol

« Avec un cépage roi "le Mourvèdre" et une devise reine "Produire peu pour produire bien", l'A.O.C. Bandol est l’une des plus anciennes appellations de Provence. Elle rassemble 55 exploitants indépendants et 3 caves coopératives pour une production annuelle moyenne de 50 000 hl sur une superficie de 1 535 ha. Les particularités de la géologie et du micro climat constituent une niche écologique où s’épanouit la forte personnalité des Bandol. »

Historique

Au VIème siècle avant notre ère, les Phocéens débarquent sur les rivages de ce qui deviendra leur colonie de Torroeis, apportant dans leurs amphores la civilisation de la vigne et du vin. Sous l’Empire Romain, Torroeis prend le nom de Torrœntum. Situé aux environs du village du Castellet, le vignoble s’étage en terrasses comme on peut encore le voir actuellement. Pilier de l’économie antique, la viticulture trouve dans ce site privilégié les parfaites conditions de son essor. L’Histoire du Bandol est lancée…

Au-delà des mers

Le terroir d’alors est celui que nous connaissons aujourd’hui, bien dessiné par ses barrières géologiques, le “Gros Cerveau” au Sud, le Mont Caume à l’Est, au Nord le massif de la Sainte Baume, avec comme débouché naturel le golfe de Bandol. Le développement du commerce maritime allié à l’habileté des viticulteurs entreprenants assure sa première renommée au futur vin de Bandol. Son aptitude au transport par mer, va donner naissance au port de Bandol, construit et plus tard aménagé en eaux profondes pour le négoce du vin. Cette vocation s’affirmera jusqu’à la fin du XIXème. Depuis une telle baie abritée des deux vents dominants, le vent d’Est et le Mistral, le commerce des vins peut prospérer… et il prospère… Bien-aimé de Louis XV, le vin de Bandol obtient la faveur de la table royale. En 1846, on embarque jusqu’à 9 600 tonneaux et la cité résonne des coups de marteaux de plus de cents ateliers de tonnellerie. La superficie du vignoble atteint son apogée vers 1870. Mais avec le terrible phylloxéra, c’est l’anéantissement des vignes et de siècles de labeur.

Zone de l'appellation

L’aire d’appellation concerne huit communes suspendues entre mer et montagne, au sud du massif de la Sainte-Baume : Bandol, La Cadière d’Azur, Saint-Cyr-sur-Mer, Le Castellet, Le Beausset, Evenos, Ollioules et Sanary.

Du massif de la Sainte-Baume, jusqu’au rivage de la Méditerranée, la vigne manifeste partout sa présence familière. Orienté plein Sud, le terroir regarde la mer et bénéficie d’un ensoleillement exceptionnel de près de 3 000 heures par an. Dans un amphithéâtre naturel, le vignoble de Bandol s’étage en restanques (terrasses) sur environ 1 500 hectares. Ces paysages résultent de la persévérance de générations de vignerons : au fil des siècles, ils ont dû sculpter les coteaux pour pouvoir y travailler la vigne.

Un balcon sur la mer

Pour retenir le sol et épierrer les terrains, les vignerons ont édifié d’innombrables murets de pierres sèches, montés à main d’homme, les fameuses restanques de Bandol. Ils sont devenus de véritables bâtisseurs pour créer des parcelles cultivables, conquises sur les collines, en respectant les courbes topographiques. Ces terrains ainsi fixés sont particulièrement favorables à la vigne. Les restanques permettent également une bonne régulation naturelle des ressources hydriques. Aujourd’hui, les vignerons poursuivent la mise en valeur des terres abandonnées au début du siècle. Par leur résistance à la pression foncière, ils apportent une contribution majeure à l’entretien de l’espace, à la sauvegarde de l’environnement et à l’harmonie du paysage.

Climat

L'aridité naturelle du terroir de Bandol est équilibrée par l’humidité de l’air marin et par une pluviométrie modeste (600 mm/an en moyenne), mais idéale pour compenser le déficit hydrique estival.

Géologie

Les sols de l’aire d’appellation, en majorité calcaires, très caillouteux avec quelques marnes sablonneuses et grès, sont aussi différents que le laisse prévoir une géographie tourmentée. L’érosion naturelle des roches mères du crétacé supérieur (grès calcarifères et marnes sableuses) a donné naissance à des sols de grès enrichis d’éléments silico-calcaires qui sont les plus représentatifs de l’aire d’appellation. On observe parfois des sols jurassiques et triasiques, calcaires, rouges ou blancs, argilo marneux ou sablonneux. Le trait d’ensemble est l’aridité quasi minérale des terrains, solt peu fertiles, riches en calcaires et bien drainés. Pour préserver ce caractère, les rédacteurs du décret de 1941 ont pris soin de ne délimiter en aire d’appellation que les terres en coteaux.

 

Retour sur l'historique de l'AOC Bandol à travers l'exposition organisée par l'oenothèque du 15 juin au 31 décembre 2012 pour célébrer les 70 ans de l'AOC

Par le décret du 1er novembre 1941 l'Institut National des Appellations d'Origine à créé l'Appellation d'Origine Contrôlée Bandol. C'est grâce au travail acharné de plusieurs générations de vignerons, qui depuis prés de 3000 ans ont façonnés notre vignoble, que l'AOC Bandol a reçu ses titres de noblesse. Nous vous invitons à découvrir, au travers de photos et documents anciens exceptionnels, cette grande épopée humaine qui a conduit à la naissance d'un des fleurons de la viticulture française.