Bastide des Deux Lunes

AOP Côtes de Provence - Puget Ville

« Au Puget-Ville, Bertrand Dubois a entraîné le domaine de sa famille sur une voie nouvelle : en 2012, il a franchi  le pas qui sépare la vigne du vin. Un saut vers l’inconnu ? Pas tout à fait ! Notre homme sait travailler le raisin pour faire parler au mieux la personnalité de son terroir. Pour cause : en marge de ses activités agricoles, il exerce depuis quatorze ans maintenant la profession... d’œnologue. »

C’est ce qu’on appelle une tradition familiale : depuis que les Pernaud Richard ont acheté leurs premières vignes au Puget-Ville, en 1850, leur descendance les a toujours exploitées. Certains avec plus de passion que d’autres. Comme Philémon Richard, par exemple. Ce vigneron de la fin du XIXe siècle a laissé à la postérité un journal de bord étonnant où il a consigné jour après jour toute la vie de son domaine et, plus largement, du vignoble provençal. Météo, maladie, variations commerciales : tout y est ! Ou bien encore Bertrand Dubois. Il est le dernier arrivé aux commandes du domaine. Contrairement à son aïeul, il n’en écrit pas l’histoire. Non, il la change !

Il est arrivé en 2000 aux commandes des 22 hectares de vignes de la propriété familiale. Tranquille. Il faut dire qu’il a un métier parallèlement à sa vie paysanne : il est œnologue conseil. Une activité qui lui prend une grande partie de son temps. Alors, comme ses parents avant lui, il choisit de porter sa vendange au Cellier Saint-Sidoine, la coopérative locale. Quatre ans pas plus. Il s’en retire en 2004 pour vendre ses raisins à un producteur privé. Sept ans plus tard, conscient qu’il avait autre chose à faire de son terroir que d’en céder les fruits à un autre, il prend une décision... historique ! « Ma terre est belle, explique-t-il. On est sur les gravoches typiques de cette partie du Var, des graviers calcaires plus ou moins gros à qui, la nuit, restituent la chaleur qu’ils ont emmagasinée tout au long de la journée. Le sol est épais, drainant, avec une belle réserve d’humidité en sous-sol. Pourquoi permettre à quelqu’un d’autre de profiter de ce joli potentiel ? Alors, en 2011, j’ai décidé d’aller jusqu’au bout. J’ai construit ma cave et, un an plus tard, j’y ai vinifié mes premiers vins. »

Un nouveau domaine est né. Il le baptise la Bastide des Deux Lunes. « Parce qu’elles sont deux à veiller sur mes vignes. Celle du ciel dont on connaît l’influence sur le développement du végétal. Et puis Luna, ma fille ! » Une double protection qui lui réussit plutôt bien : ses premiers vins ont vite fait parler d’eux avec une médaille d’argent au concours général agricole de Paris et une citation dans le Guide Hachette, la bible des amateurs de vin. Les ventes suivent. La clientèle s’étoffe au fil des millésimes. Des cavistes et des restaurateurs pour commencer. Et puis, depuis qu’il a rénové un vieux bastidon pour y installer son caveau, de plus en plus de particuliers. Aux beaux jours, il les accueille devant sa porte, sous un grand chêne, et les régale alors de ses deux cuvées : Tout près des Etoiles et Lune rouge. De beaux vins qui feraient sans aucun doute la fierté de Philémon !

Le plus du domaine

Deux raisons supplémentaires de visiter le joli caveau de la Bastide des deux lunes... Le travail de Bérangère Ciavaldini, la compagne de Bertrand. Sous la marque Bobo Hobo, celles-ci réalisent des créations textiles et des bijoux « d’inspiration kitsch et vintage », comme elle aime à les définir. Une balade au bord du Grand Vallat, la rivière qui traverse le domaine, à l’ombre de grands chênes. Un vrai moment de paix et de fraîcheur.

Original & insolite

Dans son caveau, Bertrand Dubois garde un papier plus que centenaire : le document officiel attestant de la médaille de bronze décernée par la Société des Agriculteurs de France à Philémon Richard pour la reconstitution de son domaine après le passage du phylloxera. Ce puceron a ravagé tout le vignoble français dans la seconde moitié du XIXe siècle. Les vignerons tricolores doivent leur salut à des porte-greffes issus de plants américain qui avaient développé une défense naturelle à cet insecte.

Les incontournables


 

AOP Côtes de Provence rosé cuvée Tout près des étoiles : un assemblage très largement dominé par le grenache. D’où un nez qui évoque la pêche et l’abricot. La bouche est ronde et délicate avec une belle finale aux saveurs d’agrumes. Pour une cuisine du monde épicée ou sur une recette aillée.



 

AOP Côtes de Provence rouge cuvée Tout près des étoiles : la syrah dans toute sa splendeur ! Une robe pourpre aux reflets violine, un nez épicé et fruité, une bouche ronde et gourmande. Le compagnon idéal d’une grillade, d’un fromage, d’une salade.


Coup de coeur

Cuvée : Lune rouge.

Appellation : Côtes de Provence.

Couleur : rouge.

Œil : d’un pourpre profond.

Nez : épicé, vanillé, réglissé.

Bouche : de la rondeur, de belles notes toastées (12 mois d’élevage dans le bois !) et épicées.

Accord : pour une viande en sauce (daube, bourguignon...) et des fromages.

Le saviez-vous ?

Parce qu’ils sont faits majoritairement d’eau, les végétaux seraient, comme les mers et océans, sensibles à l’évolution de la lune. La vigne comme les autres. Aussi certains vignerons suivent-ils le calendrier lunaire pour planifier leurs interventions sur leurs vignobles. Lorsque le satellite de la Terre est montant (il se trouve au-dessus de l’orbite du soleil), la sève monte vers les branches. Il faut alors éviter d’intervenir sur les plantes pour ne pas les perturber. En revanche, en période de vendange, les conditions sont idéales pour ramasser des raisins gorgés de jus. En phase descendante, la sève reflue vers les racines. La vigne n’en supportera que mieux tout ce qui est taille ou ébourgeonnage. Le travail sur le sol, notamment les amendements, s’en trouvent également bonifiés. Enfin, quatre jours sont absolument à éviter : l’apogée et périgée de la lune et les deux nœuds lunaires, jour où la lune croise l’axe soleil-terre. Ce sont là des phénomènes perturbateurs durant lesquels les vignes réagissent mal aux interventions du vigneron. Elles sont mal lunées, en quelques sortes !

Services & loisirs

  • Dégustation payante

    Possibilité de réaliser un package dégustation/restauration avec une auberge voisine.

  • Manifestation & Evènement

    Exposition de Bérengère Ciavaldini:
    Création d'accessoires et bijoux à partir de textile et autres matériaux recyclés. "J'aime l'idée de donner une seconde vie aux choses. Pièces uniques, d'inspiration kitsch, vintage, rétro..."

  • Accueil groupe : Sur rendez vous uniquement

Accueil & horaires

  • Ouvert au public

  • Accueil groupe : Sur rendez vous uniquement

  • Parking voiture

    10 places
     
    Le caveau est ouvert au public les mois de juillet et aout. De septembre à juin, les visites se font uniquement sur rendez-vous.

Horaires d'ouverture Haute saison
De juillet à août
Basse saison
De janvier à janvier
Mardi 10h - 12h / 16h - 18h
Mercredi 10h - 12h / 16h - 18h
Jeudi 10h - 12h / 16h - 18h
Vendredi 10h - 12h / 16h - 18h
Samedi 10h - 12h / 16h - 18h

Infos pratiques

  • Agriculture Raisonnée

  • Possibilité de règlement par chèque

  • Langues parlées :

    en.png Anglais

  • Toilettes réservées aux visiteurs

  • Parking voiture

    10 places
     
    Le caveau est ouvert au public les mois de juillet et aout. De septembre à juin, les visites se font uniquement sur rendez-vous.