Château d'Ollières

AOP Coteaux Varois en Provence - Ollieres

« Un endroit magnifique, des vins qui lui ressemblent. Un château millénaire qui retrouve de l’éclat depuis que la famille Rouy a décidé d’en faire un grand vignoble. Or ces gens-là connaissent le vin et le bon. Pour cause : ils sont bourguignons ! »

Cela fait plus de mille ans que le Château d’Ollières veille sur le village dont il porte le nom. Construite au Xe siècle par les Carolingiens, fief de la famille Felix qui servit le Comte de Provence, régenta la région sous l’Ancien Régime avant de donner à Napoléon l’un de ses barons, la bâtisse a largement évolué au fil de son histoire. L’ancienne place forte féodale fut ainsi rasée sous l’ordre de Richelieu qui, comme on le sait, échaudé par la Fronde, fit tomber plus de remparts qu’aucun ennemi de la France. Sur les décombres de l’ancienne forteresse, on construit alors un joli et grand manoir, demeure d’agrément qui a traversé les siècles jusqu’à nous sans trop de dommages. A l’image de son jardin lapidaire : blotti au pied d’un cèdre tricentenaire, si épais qu’une ronde d’une douzaine d’enfants n’en ferait pas le tour, ce paradis vert fait rimer avec une harmonie retrouvée verdure et sculpture.

Ce renouveau porte un nom : celui des Rouy. Emmenée par Hubert et Charles, son fils, cette famille bourguigonne a repris la propriété en 2003. Depuis, elle réveille tranquillement le beau patrimoine des lieux. Mais qu’on ne s’y trompe pas : elle n’est pas venue ici pour le charme des vieilles pierres mais pour l’amour de la terre et, plus encore, de la vigne. Car, voyez-vous, on fait du raisin par ici. Et du bon depuis que les nouveaux propriétaires ont pris en main le vignoble. « Nous avons conservé une vingtaine d’hectares de vignes qui avouent aujourd’hui plus de 40 ans, confie Charles. Mais, depuis notre arrivée, nous avons replanté plus de 15 hectares pour améliorer encore la qualité de nos vins. Ces dernières années, nous avons également palissé une vingtaine d’hectares, un palissage haut — à 1,8 mètres du sol — qui permet à la vigne de capter pleinement la lumière et le vent et de porter ainsi à maturité des raisins riches et sains. »

Le terroir d’Ollières mérite bien tous ces efforts. C’est qu’il a du potentiel avec ses sols argilo-calcaires pauvres en matières organiques comme en eau. Il pousse en effet les racines à aller puiser leurs ressources en profondeur. L’échange minéral est alors optimal et donne, in fine, des arômes rares. Et puis, il y a le climat… Ici, pas de brises marines pour réchauffer la nuit et rafraîchir les longues journées estivales. Non, même si la mer est à quelques dizaines de kilomètres à peine à vol d’oiseau, la Sainte-Baume empêche son influence. Du coup, l’amplitude thermique entre le jour et la nuit est importante : plus d’une dizaine de degrés à la belle saison. Un atout pour le vignoble murit alors lentement, préservant un parfait équilibre entre le sucre et l’acidité, entre les tannins et le fruit. « Le syrah, grenache et autre cabernet sauvignon profitent parfaitement de ces conditions de mûrissement. Leur maturité est extraordinaire. Elle donne des vins d’une élégance et d’une complexité remarquables. Cela nous incite d’ailleurs à produire une forte proportion de vins rouges. » Ainsi, même si nous sommes ici dans un pays de rosé, le Château d’Ollières consacre 30 à 40% de sa production à la couleur de la passion !

Le plus du domaine

Le Château d’Ollières se prête à des réceptions de 10 à 200 personnes. Elles ont lieu dans les petits salons, dans la cave voûtée rescapée du Moyen-Âge, dans la grande salle de bal ou encore, au plus fort de la belle saison, dans les jardins.

 

Original & insolite

Son bac en poche, Charles Rouy a entamé des études de philosophie. Une vocation qui l’a animé plusieurs années jusqu’à ce qu’il s’en découvre une autre : celle de la viticulture. Dès que son père lui a proposé de reprendre un vignoble, le jeune homme a en effet changé son fusil d’épaule pour accompagner l’aventure paternelle. Adieu Kant ! Il a décroché un BTS Viti-Oeno à Beaune, l’une des places fortes du monde vigneron. Comme on le dit : « in vino veritas » !

Les incontournables


Le Clos de l’Ermitage : un rouge issu d’une sélection parcellaire. Un nez boisé et épicé, des arômes dominés par le cassis, de la puissance et de l’équilibre en bouche. Un vin de garde.



Le Clos du Pigeonnier : un blanc issu du vermentino et de l’ugni blanc. Le premier apporte ses beaux arômes et sa fraîcheur, le second de la concentration et de la matière. Une bouche qui vous laisse apprécier longtemps ses arômes d’agrumes et de pamplemousse. Pour le meilleur de la mer, des saint-jacques aux oursins. Ou bien une volaille de Bresse !


Coup de coeur

Appellation : Coteaux varois en Provence

Cuvée : Prestige

Couleur : rouge

Œil : robe d’un rouge profond

Nez : fruits rouges mûrs

Bouche : pleine et gourmande, soyeuse, élégante

Accord : fromages affinés, gibiers, viandes rouges, viandes en sauce

Médailles & distinctions

2014
«HAUT DE L’AUTIN»  2013
Médaille d’Or au Mondial de Bruxelles
Médaille d’Or au concours Mondial du Rosé
Médailles d’Or aux Vinalies Internationales
«HAUT DU PIGEONNIER»  2013
Médaille d’argent au Concours de Mâcon
Prix d’excellence au concours des Vinalies Nationales
«PRESTIGE ROSE» 2013
Médaille d’Argent au concours Mondial du Rosé
Médaille de Bronze au Concours de Mâcon
«PRESTIGE BLANC» 2013
Médaille d’Argent au Concours Général Agricole
Médaille de Bronze au Concours des Vignerons Indépendants

Le saviez-vous ?

Des bourgeons d’hiver (le vigne recouvre l’œil d’écailles protectrices) à la chute complète des feuilles en automne, le cycle immuable de la vigne se décompose en une quinzaine d’étapes. En hiver, le bourgeon gonfle jusqu’à percer son enveloppe protectrice et libérer une pousse minuscule. Avec le premier soleil, elle va s’épanouir jusqu’à donner des feuilles bien étalées. Les grappes se forment alors et donnent les premiers boutons floraux. Vient alors la floraison, puis, après fécondation des ovaires, l’apparition des premières baies. Elles prennent du poids et, bientôt, de la couleur : c’est ce que l’on nomme la véraison. Ultime étape pour le fruit : la maturité. C’est alors l’heure des vendanges. Les feuilles commencent à brunir. Quelques semaines plus tard, elles tombent toutes. Démarrent alors le repos végétatif.

Services & loisirs

  • Visite du domaine/de la cave

    Visite du domaine suivie d'une dégustation. Durée: 30 minutes environ

  • Dégustation

    Gratuite aux horaires d'ouverture du caveau de vente/dégustation. Hors de ces horaires, dégustation possible sur rendez vous

  • Accueil groupe : jusqu'à 30 personnes sur réservation.

Accueil & horaires

  • Ouvert au public

  • Accueil groupe : jusqu'à 30 personnes sur réservation.

  • Parking voiture

    100 places

  • Parking bus

    6 places

Horaires d'ouverture Haute saison
De juillet à août
Basse saison
De septembre à juin
Lundi 9h - 12h30 / 14h - 17h30 9h - 12h30 / 14h - 17h30
Mardi 9h - 12h30 / 14h - 17h30 9h - 12h30 / 14h - 17h30
Mercredi 9h - 12h30 / 14h - 17h30 9h - 12h30 / 14h - 17h30
Jeudi 9h - 12h30 / 14h - 17h30 9h - 12h30 / 14h - 17h30
Vendredi 9h - 12h30 / 14h - 17h30 9h - 12h30 / 14h - 17h30
Samedi 9h - 12h30 / 14h - 17h30

Infos pratiques

  • Possibilité de règlement par CB

  • Langues parlées :

    en.png Anglais

  • Modalité d'expédition en France :

    Franco à partir de 350€ d'achat. Frais de port à la charge du client. Pour plus de renseignements, s'adresser directement au domaine

  • Toilettes réservées aux visiteurs

  • Parking voiture

    100 places

  • Parking bus

    6 places