Château de Vauclaire

AOP Coteaux d'Aix-en-Provence, IGP Méditérranée - Meyrargues

« Le Château de Vauclaire et son vignoble de trente hectares, c’est avant tout une affaire de famille : les Sallier, propriétaires des lieux depuis la fin du XVIIIe siècle. Ce fut longtemps une histoire d’hommes, mais ce sont les femmes qui, désormais, mènent la danse. Adeline, la maman, et Charlotte, la fille, perpétuent la tradition du bon vin de ce côté-ci des Coteaux d’Aix-en-Provence. »

Nous sommes en 1774. La France est encore un royaume. Cette année-là, les Sallier prennent possession du Château de Vauclaire, une grande propriété sise à Meyrargues, à une quinzaine de kilomètres d’Aix-en-Provence. Comme cela se pratique régulièrement à l’époque, cette famille de juristes émérites la reçoit en récompense de ses bons et loyaux services. Bien vite, elle prend goût à la terre et, plus encore, à la vigne. D’une génération à l’autre, le vignoble s’étend, embellit. On construit même une cave pour vinifier les vins sur place. Las : en février 1956, une nuit de gel ravage les campagnes provençales. Les ceps de Vauclaire n’en sortent pas indemnes. Des dommages qui mettent fin, pour un temps, aux ambitions des maîtres des lieux qui, en attendant des jours meilleurs, vont confier leurs raisins à la coopérative la plus proche.

Il faudra un bon quart de siècle avant que le Château de Vauclaire ne reparte de l’avant. François Sallier en tient alors les rênes. Il décide de construire une nouvelle cave dans les anciennes écuries de la propriété. Il la confie à son fils, Uldaric, qui assure la vinification avec brio, tirant de son terroir aride et rocailleux des vins riches en arômes et en caractère. Ce travail ne passe pas inaperçu : le palmarès du domaine s’enrichit chaque année de nouvelles médailles décernées dans les concours les plus prestigieux de l’Hexagone. Une belle réussite qui prend fin brutalement. En 2009, le vigneron meyrarguais décède des suites d’une maladie. Il revient à Adeline, son épouse, de prendre les commandes du Château. Les premières années, elle s’assure les services d’un maître de chais pour poursuivre l’œuvre de son mari. Jusqu’en 2013 et le retour au bercail de sa fille, Charlotte.

La jeune femme a hérité de son père la passion de la vigne et du vin. Elle a décidé très tôt d’en faire son métier, s’exilant en Bourgogne, à Beaune, pour apprendre la viticulture et l’œnologie. Les voyages formant la jeunesse, comme l’a suggéré Montaigne, elle a poursuivi son apprentissage aux quatre coins du monde : en Afrique du Sud, en Australie, aux USA et, pour finir, en Espagne. Un périple qui lui a permis d’étoffer son bagage technique et de s’ouvrir à de nouvelles expériences. Et elle n’a pas tardé pour les mettre à profit. Présentées au Concours de Macon, l’un des grands rendez-vous de la profession, les rosés Château et Uldaric ont ainsi décroché chacun une médaille. Et qui sait si le millésime 2013 ne va pas réussir la passe de trois grâce à la botte secrète de Charlotte : un rosé élevé dix mois en barrique. « Il a du gras, de la matière, de belles notes d’épices », confie-t-elle. A découvrir dès l’automne 2014…

Le plus du domaine

Le Château de Vauclaire offre un très beau gîte estampillé 3 épis. Il peut accueillir 4 à 6 personnes.

Original & insolite

Autrefois très courante en Provence, la polyculture est une pratique qui, de nos jours, se fait rare, très rare. Le Château de Vauclaire fait parti des derniers adeptes puisqu’il exploite de front 30 hectares de vignes et 55 hectares de céréales : du blé dur, du tournesol de semence, des pois chiches et du maïs.

Les incontournables


 

Coteaux d’Aix-en-Provence blanc : du rolle, à peine relevé par une pointe de grenache blanc. Un nez complexe alliant pêche jaune, fruit de la passion et fleurs d’agrumes. En bouche, le vin est vif et tonique, avec une jolie finale poivrée et des notes de fruits exotiques. Pour un apéritif, un plateau de fruits de mer, un risotto aux noix de saint-jacques, des poissons grillés ou un fromage de chèvre.



 

Coteaux d’Aix-en-Provence rouge cuvée Prestige : en bouche, ce joli vin dévoile immédiatement des notes épicées et de fruits rouges bien mûrs. Puissant et généreux, il n’est jamais aussi bon qu’après cinq années de garde, en accompagnement d’une viande de bœuf crue, en carpaccio ou en tartare, ou bien de pâtes aux champignons : cèpes ou truffes.


Coup de coeur

 

Cuvée : Uldaric

Appellation : Coteaux d’Aix-en-Provence

Couleur : rosé

Œil : robe claire aux reflets fuschias

Nez : intense, marqué par les fruits rouges et les agrumes

Bouche : aromatique, des arômes de fraise et de framboise, une note minérale, une belle persistance

Accord : apéritif, daurade grillée, bouillabaisse, soupe au pistou

Le saviez-vous ?

Parmi les cépages du Château de Vauclaire, on trouve le grenache blanc. Moins courant que son homologue noir, star incontestée des rosés de Provence, ce raisin blanc est originaire d’Espagne. Il ne craint pas les fortes chaleurs méditerranéennes, ni les sols caillouteux. Au contraire, il s’en accommode très bien, donnant le plus souvent de grosses baies juteuses et sucrées dont naissent des vins corsés et opulents. Son grand défaut : sa faible acidité qu’il convient de corriger à l’heure de l’assemblage. S’il reste cultivé par quelques vignerons méditerranéens, du Roussillon à la Provence, en passant par Châteauneuf du Pape et la Corse, il est en perte de vitesse depuis plusieurs années.

Services & loisirs

  • Dégustation

Accueil & horaires

  • Ouvert au public

Horaires d'ouverture Haute saison
De mai à octobre
Basse saison
De novembre à avril
Lundi 9h - 12h / 14h - 19h 9h - 12h / 14h - 18h
Mardi 14h - 19h 9h - 12h / 14h - 18h
Mercredi 14h - 19h 9h - 12h / 14h - 18h
Jeudi 14h - 19h 9h - 12h / 14h - 18h
Vendredi 14h - 19h 9h - 12h / 14h - 18h
Samedi 14h - 19h 9h - 12h / 14h - 18h

Infos pratiques

  • Agriculture Raisonnée

  • Possibilité de règlement par CB

  • Possibilité de règlement par chèque

  • Langues parlées :

    en.png Anglais
    es Espagnol