Château Demonpère

AOP Côtes de Provence - Le Luc

« Il est né au début de la… Renaissance. Et voilà qu’il renaît aujourd’hui grâce à la volonté d’Yves Journel, chef d’entreprise émérite, passionné par la terre et le vin. Le Château Demonpère est actuellement en plein travaux. Mais sans attendre que ceux-ci donnent leur pleine mesure, le domaine brille déjà par la qualité de sa production. Rouge, rosé et blanc engrangent leurs premières médailles. Ce n’est sans doute qu’un début ! »

En fondant DomusVi, groupe spécialisé dans les maisons de retraite, Yves Journel est devenu l’un des grands acteurs français de la Silver Economie, la branche “senior” du monde des affaires. Du coup, la retraite, ça le connaît ! Du moins quand il s’agit d’agrémenter celle des autres. Parce qu’en ce qui concerne la sienne, là, c’est autre chose. A 64 ans, notre homme n’envisage toujours pas de goûter au repos du guerrier. Avec les années, il n’a en effet rien perdu de son désir d’entreprendre. Pour preuve, il s’est lancé dans un nouveau challenge : ressusciter une vieille propriété varoise née à la… Renaissance !

Le goût de la terre n’est pas une nouveauté chez ce Picard d’origine. Il s’est déjà exprimé à travers la Ferme d’Huez, une grande exploitation agricole qu’il a développée dans sa région natale. Une première expérience qui lui a ouvert l’appétit : au début de cette décennie, il décide donc de doubler la mise en acquérant une nouvelle propriété. Cette fois, il la souhaite dans le Sud. Il cherche d’abord un verger ou un vignoble dans le Gard. Puis, après un an de quête infructueuse, il étend ses recherches à la Provence voisine. Là, il visite le Domaine de La Pardiguière et ses 144 hectares de nature, situés aux portes du Luc-en-Provence. Le charme opère de suite.

Le coup de cœur n’a pourtant rien d’évident. En effet, l’endroit n’est pas au sommet de sa forme. Le vignoble est en mauvais état. La grande demeure qui trône en son cœur depuis cinq siècles pour ses murs les plus anciens, n’est guère mieux. Mais la force des chefs d’entreprise, c’est de voir au-delà de ce qui est : ce qui pourrait être. Yves Journel ne déroge pas à la règle. Il le sait : la belle bâtisse et ses bois dormant n’attendent que son prince charmant pour se réveiller. Il décide donc d’être celui-là.

Sitôt l’acte de vente signé, le nouveau maître des lieux engage d’importants travaux. Ses efforts se concentrent en premier lieu sur le végétal. Dix hectares — pour commencer ! — sont immédiatement arrachés pour permettre une restructuration du vignoble et le développement des meilleurs cépages. Dans la foulée, les méthodes de culture sont changées : on passe au bio, la conversion devant être définitive pour le millésime 2015. « Je suis venu ici pour cultiver l’authentique », explique le propriétaire. Une formule empruntée à un “Grand” de Provence : Marcel Pagnol la fait dire à Jean de Florette dans son célèbre roman.

Une chose est certaine : Yves Journel a plus de réussite que le père de Manon. Ses vins commencent à faire parler d’eux. Ainsi, l’année 2014 a-t-elle été riche de nombreux succès. Le plus beau ? Sans doute la médaille d’or du Concours Général Agricole de Paris récompensant le rosé 2013. Un trophée de bon augure à l’heure où l’ancienne Pardiguière, devenue Château Demonpère entame la dernière étape de sa résurrection : la rénovation du bâti, dont un superbe caveau voûté construit en 1492, cette même année où un certain Christophe Colomb découvrit un Nouveau Monde.

Le plus du domaine

Avec une oliveraie de 17 hectares, soit 2500 arbres, le Château Demonpère produit trois huiles d’olive bio différentes. Très aromatique, la picholine avoue une ardence et une amertume marquées. Etonnant par ses notes de framboise, la Frantoio s’avère fine avec une ardence prononcée. Enfin, l’Ascolana est légère, herbacée, fruitée, douce et harmonieuse.

Original & insolite

En cours de rénovation, le Château Demonpère est l’hériter de cinq siècles d’histoire. Cela se sent quand on visite le caveau du domaine. Avec ses voûtes et ses vieilles pierres, l’endroit construit en 1492 ne manque pas de charme et de pittoresque.

Les incontournables


 

AOP Côtes de Provence rouge : beaucoup de syrahs et quelques vieux carignans triés sur le volet. Le nez est marqué par les épices, le cuir, des notes de cire d’abeille. En bouche, le vin est souple à l’attaque, équilibré, délivrant des arômes persistants de fruits cuits, des notes de vanille et d’épices. Pour une viande rouge, de la charcuterie de qualité, des plats en sauce.



 

AOP Côtes de Provence blanc : son nez est discret mais complexe, révélant des parfums de fruits exotiques (banane) et d'agrumes (pamplemousse), des notes mentholées et des nuances d'épices. En bouche l'attaque est soyeuse. La suite est tout en équilibre et gourmandise avec des arômes de fruits exotiques (kiwis, mangues) et d'agrumes (mandarine). Ce vin saura accompagner à merveille des apéritifs légers, des grillades, la cuisine méridionale ou des poissons méditerranéens.


Coup de coeur

 

Appellation : Côtes de Provence.

Couleur : rosé.

Œil : d’un rose pâle, “melon clair”.

Nez : des notes de banane, de bonbon anglais, de fleurs.

Bouche : ronde, un fruité net et croquant, une finale à la fois fraiche et charnue.

Accord : apéritif, charcuterie légère, grillades, fromage frais, fruits d’été.

Le saviez-vous ?

Cépage remarquable des Côtes du Rhône, la syrah a conquis la Provence depuis déjà quelques décennies. Elle a grandement contribué à la reconnaissance des rosés et des rouges de la région. Elle apporte aux premiers un fruité gourmand — framboise, groseille, myrtille… — et de l'élégance. Elle affirme la personnalité des seconds grâce à ses arômes délicats de violette, de fruits noirs et d'épices. Sa richesse tannique lui vaut de bien vieillir. Avec l'âge, elle gagne ainsi en équilibre et en caractère, donnant des vins charpentés, mais équilibrés où percent des arômes rares de musc, de cuir et de truffe.

Services & loisirs

  • Dégustation

  • Autres prestations : Ventes d'huiles d'olives du Domaine.

Accueil & horaires

  • Ouvert au public

  • Parking voiture

    10 places

Horaires d'ouverture Haute saison
De janvier à janvier
Basse saison
De janvier à janvier
Lundi 8h - 12h / 14h - 17h
Mardi 8h - 12h / 14h - 17h
Mercredi 8h - 12h / 14h - 17h
Jeudi 8h - 12h / 14h - 17h
Vendredi 8h - 12h / 14h - 17h

Infos pratiques

  • Possibilité de règlement par chèque

  • Langues parlées :

    en.png Anglais

  • Parking voiture

    10 places