Château Guilhem Tournier

AOP Bandol, IGP du Mont Caume - La Cadière D'azur

« Un domaine familial, petit par la taille, grand par la qualité de ses vins. Descendant l’un et l’autre de familles vigneronnes, Henri et Geneviève Tournier sont partis de trois fois rien — deux hectares de vignes à peine — pour créer Roche Redonne, une valeur sûre du Bandol. Une réussite dont s’inspire aujourd’hui Guilhem, leur fils, pour hisser le Château qui porte son nom parmi les grands noms de l’appellation. »

Guilhem Tournier a de qui tenir. Dans sa famille, on cultive la vigne depuis trois bons siècles. D’ailleurs, c’est à Geneviève, sa mère, qu’il doit d’être vigneron. Docteur en chimie-physique, cette Varoise s’est exilée à Paris pour démarrer sa carrière professionnelle. Mais en 1979, avec Henri, son mari, elle décide de rentrer au pays. Le couple s’installe alors à La Cadière, dans un mas familial bordé de deux hectares de vignes. Le déclic ! Ces deux-là ont la vigne dans le sang. Henri est en effet le petit-fils d’un vigneron de Limoux. Alors, tout naturellement, ils décident de raviver leurs ceps. Dans la foulée, ils débroussaillent quelques restanques  alentours pour y planter de nouveaux pieds. L’appétit vient en mangeant : bientôt, ils convainquent la famille de leur confier quelques hectares de landes sauvages sur la commune du Castellet pour agrandir encore leur vignoble naissant.
Pas de vacances et guère de week-ends : le peu de temps libre que leur laissent leurs métiers respectifs, Geneviève et Henri le consacre presqu’entièrement à leurs vignes. En 1988, ils se voient enfin récompensé de tous leurs efforts et sacrifices : le Domaine Roche Redonne livre son premier millésime. Ce n’est encore qu’un début. Car le couple enchaîne aussitôt sur de nouveaux travaux. Cette fois, il s’attaque à la cave. Il fait alors entrer du matériel moderne, dont l’un des tous premiers pressoirs pneumatiques de l’appellation Bandol. Les affaires sérieuses peuvent commencer… Des débuts prometteurs : leur blanc et leur rosé rencontrent un franc succès, matérialisé par deux médailles d’or à la Foire de Brignoles. On ne peut rêver mieux pour un premier concours !

Depuis ce jour de gloire, un quart de siècle a passé et le petit domaine cadiéren a fait son chemin. Un joli bout de route jalonné de 80 récompenses différentes dans les guides et concours. Mais ne nous y trompons pas : derrière ce palmarès remarquable, il y a encore et toujours du travail. Les Tournier ne sont pas avares de labours et de leur labeur pour aérer leurs sols et favoriser la vie microbienne. Ils font aussi dans le naturel avec des amendements à base de composts et de fumiers et des traitements avec des produits biologiques uniquement. Le label bio est sans aucun doute à leur portée. Mais pendant longtemps, par peur de plier sous la charge administrative, Geneviève et Henri n’osent pas franchir le pas. Ils le font enfin,  en 2011, entamant leur conversion biologique, cette période probatoire qui les mènera à la certification du millésime 2014. Qu’est ce qui les a décidé ? L’exemple de Guilhem, leur fils. Le Château qui porte son nom arbore le logo AB sur ses étiquettes depuis le millésime 2011.
Cela fait bientôt dix ans que Guilhem Tournier vole de ses propres ailes. Ou presque ! Car il n’a jamais vraiment rompu le lien avec ses parents, s’impliquant totalement dans la conduite de leur vignoble comme dans la vinification de leurs vins. « La Roche Redonne reste l’affaire de toute la famille », confie-t-il. Il a néanmoins créer son propre domaine en 2004, profitant d’une belle opportunité : alors qu’il n’a pas tout à fait trente ans, il peut reprendre la propriété de son grand-père. La Malissonne. La terre y est argileuse et profonde, bien exposée Sud-Sud-Est, plantée de mourvèdre sexagénaire que viennent rafraîchir matins et soirs les brises marines. C’est un terroir rêvé pour engendrer les grands vins dont rêve le jeune vigneron.

Ajoutant à ce joyau quelques parcelles supplémentaires, Guilhem veille bientôt sur cinq hectares de vignes. Il en tire aussitôt un premier rosé qui se fait remarquer des amateurs du genre, glanant comme celui de ses parents une médaille d’or à Brignoles. De bonne augure ! L’année suivante, après 18 mois d’élevage et de patience, comme le veut l’appellation, le millésime 2004 sort en rouge. Là-encore, il séduit bien des palais et impose d’emblée son créateur parmi les jeunes professionnels les plus prometteurs de la région. Depuis, il a confirmé tout le bien que l’on pensait de lui, offrant à un public de connaisseurs des rosés racés, taillés pour la gastronomie, et des rouges de caractère, typiques de la grande tradition bandolaise avec leurs arômes de fruits noirs et leurs notes épicées qui évoluent superbement avec le temps.

Le plus du domaine

Avec plusieurs centaines d’oliviers, le Domaine de Roche-Redonne produit — en petite quantité hélas ! — sa propre huile d’olive. Ce “fruité noir” aux notes d’artichaut, à la finale ardente, est idéal pour l’assaisonnement d’une belle salade tomate-mozzarella.

Original & insolite

En 2013, Guilhem Tournier a mis en bouteille une toute nouvelle cuvée. Estampillée Vin de France, ce rouge est totalement atypique pour la région bandolaise. Assemblage de carignan, de syrah et de mourvèdre, il est travaillé pour exprimer pleinement le fruit. Le résultat est superbe, avec un vin au parfum envoûtant de fruits rouges et noirs et un équilibre parfait jusqu’à la finale qui laisse au palais une sensation de plénitude. De la belle ouvrage !

Les incontournables


 

Bandol rouge Roche Redonne cuvée Les Bartavelles : le grand vin de Geneviève et Henri Tournier. Largement dominé par le mourvèdre, il donne à sentir de beaux arômes de fruits noirs bien mûrs, mâtinés de quelques notes cacaotées. En bouche, il est suave, enveloppant, avec des tanins bien fondus. Pour un canard, un pigeonneau, une belle viande rouge.



 

Bandol rosé Guilhem Tournier La Malissonne : le nez marie agrumes (pamplemousse et orange amère), senteurs de garrigue et notes florales. La bouche est riche, bien structurée. Pour une viande blanche, un chèvre chaud lardé de magret de canard ou encore de la belle cuisine asiatique.


Coup de coeur

 

Appellation : Bandol.

Cuvée : La Malissonne.

Couleur : rouge.

Œil : grenat profond.

Nez : sur les fruits noirs, le pruneau.

Bouche : à la fois puissante et soyeuse.

Accords : sur une côte de bœuf ou un petit gibier.

Le saviez-vous ?

Il se dit que, bien qu’il soit d’origine espagnole, le mourvèdre doit son nom à la langue provençale. Il viendrait en effet de l’expression " mour dé lèbré" qui signifie " tête de lièvre". Elle fut inspirée aux anciens par le port très droit et haut de la vigne comme les oreilles de lièvre.

Services & loisirs

  • Visite du domaine/de la cave

  • Dégustation

Accueil & horaires

  • Ouvert au public

  • Parking voiture

    5 places

Horaires d'ouverture Haute saison
De 1 avril à 30 septembre
Basse saison
De janvier à janvier
Lundi 10h - 12h30 / 16h - 18h30
Mardi 10h - 12h30 / 16h - 18h30
Mercredi 10h - 12h30 / 16h - 18h30
Vendredi 10h - 12h30 / 16h - 18h30
Samedi 10h - 12h30 / 16h - 18h30

Infos pratiques

  • Agriculture Biodynamique

  • Possibilité de règlement par CB

  • Possibilité de règlement par chèque

  • Langues parlées :

    en.png Anglais

  • Modalité d'expédition en France :

    Conatcter le domaine.

  • Parking voiture

    5 places