Domaine des Campaux

AOP Côtes de Provence, IGP des Maures - Bormes Les Mimosas

« Sur les flancs du Massif des Maures, un domaine qui voit aujourd’hui la vie en rose… On y produit de jolis blancs et des rouges agréables. Mais ce sont les rosés qui, aujourd’hui, font la réputation du Domaine des Campaux. Des vins racés, complexes, hors mode, qui séduisent le palais en lui parlant la langue du terroir. »

Les plages borméennes sont à un quart d’heure.  La presqu’île de Saint-Tropez n’est guère plus loin. Et pourtant, l’endroit semble perdu. C’est un peu vrai : passé le col du Gratteloup, le point culminant de la D98 entre Bormes-les-Mimosas et La Môle, les boites aux lettres se comptent sur les doigts d’une main. Peu d’âmes mais une belle ambiance, très Nature avec la Forêt du Dom qui, en cet endroit, tapisse les flancs escarpés du Massif des Maures.

C’est là, au cœur de cet océan de verdure, que Jacques Vanhoegarden a choisi un jour de 1925 de faire son nid. Cet industriel liégeois gardait en mémoire les durs combats entre Allemands et Alliés qui, durant la Première Guerre Mondiale, avaient dévasté son pays. La paix revenue, il s’était mis en quête d’un paradis perdu où sa famille pourrait trouver refuge si le monde sombrait à nouveau dans le chaos. Le Domaine des Campaux avec sa vieille bâtisse du XVIIIe, ses terres cultivables et son relatif isolement, fut cette terre promise.

Ainsi, quand la Seconde Guerre éclate, les Campaux ont changé de mains. Maurice Naveau, avocat de son état, en a acheté une partie. L’époque est alors à la polyculture : blé, orge, vignes… On exploite également la forêt de chênes liège et de pins maritime qui entoure les champs. L’affaire vivote ainsi jusque dans les années 60, époque à laquelle André – le fils - s’installe sur place. Notre homme revient d’une Afrique déstabilisée par les premières luttes indépendantistes. Il y cultivait le café. Du petit noir, il va passer au rouge.

« A mon arrivée, les bâtiments tombaient en ruine, se souvient-il, mais le végétal, lui, était de qualité. Surtout les vignes. Elles profitaient pleinement de nos sols de schiste, une roche friable dans laquelle les racines peuvent s’enfoncer profondément pour aller chercher les poches d’humidité. J’ai senti que l’avenir était là, dans la viniculture. Alors, j’ai acheté des droits de plantation et j’ai multiplié la surface du vignoble par quatre pour franchir la trentaine d’hectares. Dès 1964, je mettais mon vin en bouteille. Du rouge. Trois ans plus tard, je sortais mes premiers rosés. »


Si André reste encore présent sur le domaine, sa connaissance du terroir et de la culture raisonnée y faisant merveille, Jacques, son fils, en a pris les rênes dès le début de ce siècle. Il a poursuivi l’œuvre paternelle, privilégiant définitivement le rosé, une couleur qui pèse aujourd’hui plus des trois quarts de la production. Et le succès est au rendez-vous : Campaux, Les Cannissons, OséRose ou, le dernier né, Métal Rose, une cuvée très haut de gamme issue de vieux cépages (dont des mourvèdres quadragnéaires), séduisent très largement, des plages tropéziennes aux bouchons lyonnais. La clé de cette popularité ? Le respect du terroir.  Tout comme leurs nez, leurs bouches évitent certaines notes flatteuses, « dans l’air du temps », pour faire parler le vrai goût de la terre et en rendre l’étonnante complexité. Un choix de l’authenticité que tout amateur de bon vin ne pourra qu’approuver.

Le plus du domaine

A quelques pas du caveau de dégustation, un havre aussi élégant que tranquille : la Grande Maison des Campaux. A l’abri de ses murs bicentenaires, cette grande maison d’hôtes allie le confort moderne, des ambiances raffinées et le charme incomparable des vieilles bâtisses campagnardes. Elle propose cinq chambres et suites de qualité et profite d’une belle piscine. Une belle adresse pour conjuguer de longues balades au grand air et des virées plus « débridées » sur le littoral varois.

Original & insolite

Le caveau du Domaine des Campaux abrite de drôles de pensionnaires : chaque printemps, des hirondelles nichent dans les poutres des vieux bâtiments. Et il n’est pas rare que l’on déguste les vins de la maison sous le regard curieux et inquiet d’un oisillon.

Les incontournables


 

Côtes de Provence rosé Métal Rose : une édition limitée, un magnum spectaculaire avec sa couverture métallisée, un rosé racé, ample et complexe, né des plus vieilles parcelles du domaine, vinifié en demi-muid (600 litres) avant de subir un bref élevage. Pour le plaisir des yeux comme du palais, à sacrifier sur un loup, une langouste ou des oursins.



 

Côtes de Provence blanc cuvée Les Cannissons : Des arômes complexes de fleurs jaunes, de végétal, avec une touche de vanille apportée par une vinification en barrique. En bouche, ce bouquet s’enrichit d’une belle minéralité et de ce qu’il faut d’acidité. Un vin à boire sur des poissons de Méditerranée ou un bon chèvre frais nappé de quelques gouttes de miel.


Coup de coeur

 

Appellation : Côtes de Provence

Cuvée : Osé Rose

Couleur : rosé

Œil : robe pâle, d’un rubis clair légèrement orangé

Nez : intense, frais,
complexe et typique avec ses senteurs d’agrumes et de fleurs

Bouche : une attaque soyeuse, fraîche et très dynamique. Des notes d’oranges amères et de fleurs. Une finale tout en douceur

Accord : pour l’apéritif, des farcis, un poisson, une bouillabaisse

Le saviez-vous ?

Le blanc cuvée Les Cannissons du Domaine des Campaux, est fait en partie (20%) de vieilles vignes d’ugni blanc. Même si les vignerons provençaux lui préfèrent aujourd’hui le rolle, ce cépage d’origine toscane reste l’un des grands classiques du vignoble varois. On l’apprécie pour sa finesse, son bouquet tout à la fois fruité et fleuri et son acidité délicate. On le connait sous d’autres noms. Les Italiens le nomment trabbiano tandis qu’on l’appelle Saint-Emilion dans le vignoble cognaçais.

Services & loisirs

  • Dégustation

    gratuite des vins du domaine

Accueil & horaires

  • Ouvert au public

  • Le caveau est accessible aux personnes en situation de handicap

  • Parking voiture

    10 places

Horaires d'ouverture Haute saison
De juin à septembre
Basse saison
De octobre à mai
Lundi 9h30 - 19h
Mardi 9h30 - 19h
Mercredi 9h30 - 19h
Jeudi 9h30 - 19h
Vendredi 9h30 - 19h
Samedi 9h30 - 13h / 16h - 19h
Dimanche 9h30 - 13h

Infos pratiques

  • Agriculture Raisonnée

  • Possibilité de règlement par CB

  • Possibilité de règlement par chèque

  • Langues parlées :

    es Espagnol
    en.png Anglais

  • Modalité d'expédition en France :

    Participation aux frais de transport à la charge du client. Tarif variable en fonction du poids et de la destination. Franco à partir de 40 cartons

  • Modalité d'expédition à l'étranger

    Participation aux frais de transport à la charge du client. Tarif variable en fonction du poids et de la destination

  • Toilettes réservées aux visiteurs

  • Parking voiture

    10 places