Domaine du Gros'Noré

AOP Bandol - La Cadière D'azur

« En vingt ans, le Domaine du Gros ‘Noré s’est hissé parmi les références du vignoble bandolais. Une ascension qu’il doit à la personnalité de son créateur : Alain Pascal a la vigne chevillée au corps. Infatigable travailleur, il bichonne ses ceps, soigne sa terre avec le plus grand naturel pour faire parler au mieux son terroir ensoleillé. La qualité de la vendange s’en ressent. Tout comme celle du vin, forcément. D’autant qu’une fois en cave, ce vigneron se montre aussi exigeant que passionné. »

Le Gros ‘Noré... C’est comme ça que tous ses proches appelaient Honoré Pascal, à cause de sa stature imposante. C’est en son honneur qu’Alain, son fils, a donné ce surnom à son domaine quand il l’a créé, en 1995. Une façon de reconnaître ce qu’il doit à son géniteur et, avant lui, à tous leurs ancêtres qui ont cultivé la vigne et aimé la terre qui la porte. Car dans la famille, on était viticulteurs de père en fils depuis des générations ! Alain est l’exception : lui, il est vigneron ! Il est en effet le premier à avoir renoncé au confort de la coopérative pour vinifier sa vendange. Il était alors dans la fleur de l’âge : même pas quarante ans ! Il avait du goût pour le bon vin et l’ambition de le réussir. Il avait surtout la qualité première pour faire un bon vigneron : le courage !

Le travail ne lui fait pas peur, ça non. Alain a même quelque chose d’un forçat, lui qui a rénové pierre par pierre les ruines de sa bergerie, construite en 1789 au pied de La Cadière d’Azur. Et ce n’est pas une image, non, c’est la réalité : pendant quatre ans, traquant les éboulis et les restanques abandonnées, il est allé ramasser chaque pierre ou presque qui compose aujourd’hui sa propriété. « Une bâtisse de caractère », dit-il en vous la montrant. Mieux que ça : un rêve. Un rêve que tout amoureux de la Provence a fait un jour quand il s’est imaginé vivre au milieu des vignes, sous un soleil éclatant, bercé par le chant des cigales.

Alain Pascal n’a pas mis toutes ses forces dans la rénovation de son mas de pierres. Non, il en a gardées aussi pour son vignoble. Dix-sept hectares de coteaux argileux, bien ensoleillés et ventilés, plantés de vignes de trente ans de moyenne d’âge. « Il passe sa vie dedans », confie Pascale, son assistante, avec une pointe d’admiration dans la voix. Qu’y fait-il ? Des labours, entre autres. « Pour rechercher la fraîcheur de la terre », explique-t-il. Et puis, pour vaincre naturellement la mauvaise herbe. « Je me refuse à utiliser les herbicides. » L’huile de coude est selon lui bien plus saine et tout aussi efficace. Il n’y a qu’à jeter un œil sur ses inter-rangs pour s’en convaincre. Impeccable ! A faire pâlir d’envie un vigneron du Canton de Vaud.

Ce besoin de naturel, Alain l’exprime aussi en cave, à l’heure de la vinification. Depuis quelques années, il a en effet renoncé au levurage. « Je laisse œuvrer les levures indigènes et, croyez-moi, mes vins n’ont rien perdu de leur caractère. » Voilà qui ne manquera pas de rassurer les amateurs de grands vins rouges qui, depuis plusieurs années déjà, placent le Gros ‘Noré parmi les fleurons de l’AOP Bandol. Wine Spectator, Parker, Guide Hachette, Bettane et Dessauve : guides et journalistes citent régulièrement ces millésimes parmi les plus remarquables de France. Un enthousiasme que ne partage pas toujours le principal concerné : «  Je vais peut-être vous étonner, mais je trouve des défauts à mes vins, même sur les millésimes qui ont fait ma notoriété. Sans doute parce que mon niveau d’exigence est monté avec les années. J’aspire aujourd’hui à des vins harmonieux qui soient au top sur leur jeunesse et ne perdent rien de leur tempérament en vieillissant. » Une ambition qui, une nouvelle fois, passe par le travail. « Depuis quelques millésimes, j’érafle la vendange à son entrée en cave. J’y ai gagné en souplesse. Je suis également toujours plus vigilant sur la qualité des grappes, les contrôlant une à une avant de les envoyer au pressoir. La qualité est à ce prix. Enfin, j’accompagne énormément mes vins pendant l’élevage, suivant leur changement au fil des semaines, voire au fil des jours, les passant si nécessaire d’un foudre à un autre si leur évolution ne me convient pas. » Mais où trouve-t-il l’énergie et l’enthousiasme pour ne rien lâcher ainsi ? « C’est la passion », tout simplement.

 

Le plus du domaine

Une salle de réception accueille jusqu’à 130 personnes. Avec ses hauts plafonds voûtés, sa cheminée imposante, sa climatisation et sa grande terrasse donnant sur les vignes, elle offre un cadre idéal pour mariages, baptême ou soirée de gala.

Original & insolite

Avant même qu’ils aient goûté leur première gorgée de vin, le Domaine du Gros ‘Noré séduit ses visiteurs par la beauté de son mas de pierres. Une bâtisse érigée à partir d’une ancienne bergerie née la même année que la Révolution française. Elle était en ruine quand Alain Pascal a décidé d’en faire son fief. Il l’a alors rénovée lui-même, rapportant pendant quatre ans ses vieilles pierre de toute la région bandolaise.

Les incontournables



AOP Bandol rosé : même s’il est réputé pour ses rouges, le domaine brille aussi par la qualité de son rosé. Cet assemblage emmené par le mourvèdre, s’avère en effet d’une grande densité aromatique. En bouche, outre son fruité, il révèle de la matière, de la finesse, de la fraicheur. Pour un saumon et des coquilles St Jacques.




AOP Bandol rouge cuvée Antoinette : composé à 95% de mourvèdres issus de la même parcelle, cette tête de cuvée dévoile au nez des nuances de violette et de fruits rouges. La bouche est franche, soyeuse et ample. Un vrai bonheur à boire sur un plat en sauce ou un tournedos.


Coup de coeur

 

Appellation : Bandol.

Couleur : rouge.

Œil : grenat profond.

Nez : des senteurs de fruits noirs et d’épices.

Bouche : du caractère, un bon équilibre, très charpentée.

Accord mets-vin : viandes rouges et gibiers.

Le saviez-vous ?

Tous les labours ne se ressemblent pas. Selon l’outil qu’il attache à son tracteur, le vigneron obtient différents résultats. Le désherbage mécanique : les mauvaises herbes sont retournées, enfouies, détruites. Une méthode naturelle qui à l’avantage de ménager la vie microbienne du sol. L’ameublissement : la terre est décompactée pour capter les eaux de pluie. Le sol respire mieux, ce qui favorise la vitalité du biosystème. La limitation de l’évapotranspiration : un griffage léger du sol.

Services & loisirs

  • Visite du domaine/ de la cave uniquement sur rendez-vous

  • Soirée :

  • Location de salle : Jusqu'à 130 personnes

Accueil & horaires

  • Ouvert au public

  • Visite du domaine/ de la cave uniquement sur rendez-vous

  • Parking voiture

  • Parking bus

Horaires d'ouverture Haute saison
De 2 mai à 15 septembre
Basse saison
De 16 septembre à 30 avril
Lundi 9h - 12h / 14h - 17h30 9h - 12h / 14h - 17h30
Mardi 9h - 12h / 14h - 17h30 9h - 12h / 14h - 17h30
Mercredi 9h - 12h / 14h - 17h30 9h - 12h / 14h - 17h30
Jeudi 9h - 12h / 14h - 17h30 9h - 12h / 14h - 17h30
Vendredi 9h - 12h / 14h - 17h30 9h - 12h / 14h - 17h30
Samedi 9h - 12h / 14h - 17h30

Infos pratiques

  • Possibilité de règlement par CB

  • Possibilité de règlement par chèque

  • Langues parlées :

    it Italien
    en.png Anglais

  • Toilettes réservées aux visiteurs

  • Parking voiture

  • Visite du domaine/ de la cave uniquement sur rendez-vous

  • Parking bus