Domaine le Galantin

AOP Bandol - Le Castellet

« Une affaire de famille qui, en toute discrétion, a su se faire sa place parmi les bons producteurs de Bandol. On le sait : les métiers de la terre sont rudes. La viticulture n’échappe pas à la règle. Et pourtant, au Galantin, on fait les choses en douceur. Un démarrage modeste, il y a un demi siècle maintenant. Des vins d’une belle suavité, nés du talent de la cadette de la maison. Des prix abordables, même pour les cuvées de longue garde.   »

Certains vignobles provençaux ont écrit leur histoire à coup de millions d’euros, les lames profilées des bulldozers traçant alors la voie du succès. Des sagas qui, derrière leur faste, invitent à l’optimisme, nous apprenant que l’homme, quand il a tout réussi, ne fait plus qu’un seul rêve : celui de la terre. D’autres domaines, bien plus modestes, se sont offert un destin à la force des bras, le nourrissant jour après jour du labeur, de la persévérance, des sacrifices aussi de leurs propriétaires. C’est le cas du Galantin, le fief de la famille Pascal, installé à l’orée du Plan du Castellet, un petit village, pentu et tranquille, de l’arrière-pays bandolais, installé aux pieds de la montagne du Gros Cerveau.

Dans les années 60, Achille et Liliane auraient pu, comme nombre de leurs camarades, renoncer aux durs travaux agricoles pour rejoindre Toulon et les bureaux confortables de l’Arsenal. Mais ces enfants de paysans ont fait un tout autre choix, la passion l’emportant sur la raison : ils ont souhaité faire du vin. Les débuts sont difficiles, le jeune couple installant une cave rudimentaire dans le sous-sol de la maison des parents d’Achille. Mais les efforts finissent toujours par payer : en 1972, les jeunes gens produisent leurs premières bouteilles. A peine, douze hectolitres de rosé… Qu’importe ! Ils ont réussi l’essentiel : leur vin est déjà honoré de l’AOC Bandol.

Trente ans plus tard, vient le moment que l’on imagine volontiers poignant, de la relève. En 2000, Achille et Liliane passent en effet le témoin à leurs deux enfants, Jérôme et Céline, leur cédant alors le travail de toute une vie : une trentaine d’hectares de vignes, classés pour l’essentiel en AOC Bandol. Pour autant, pour les Pascal, l’heure de la retraite n’a rien d’un crève-cœur. Ils savent leurs terres entre de bonnes mains. C’est qu’ils ont transmis à leurs descendance bien mieux que des actes de propriété : l’amour du métier. « Nous avons grandi dans les vignes, raconte Céline. Et nous n’avons jamais imaginé de les quitter. D’ailleurs, nous n’avons pas attendu de reprendre le domaine pour rejoindre nos parents. Après son BTS viti-œno et une première expérience en Allemagne, mon frère a travaillé à leurs côtés dès 1993. Quant à moi, à la sortie du BTS, j’ai consolidé mon bagage théorique par de la pratique dans un vignoble d’Afrique du Sud et je suis revenue auprès de ma famille dès 1996. »

Point de rivalité entre le frère et la sœur, mais une parfaite complémentarité. A chacun son rôle. Au départ, Jérôme s’occupait de faire du vin et Céline de le vendre. Et puis, rapidement, les sensibilités de l’un et l’autre se sont affirmées et les rôles ont évolué. « Je continue d’assurer l’accueil au caveau. Mais depuis quelques années déjà, je mène aussi la vinification. Est-ce que cela a changé les vins ? Un peu, sans doute, une femme travaillant les Bandol moins sur la puissance que sur la finesse. » Le rosé, par exemple, s’en ressent : sa vivacité, sa fraicheur et sa longueur remarquable l’indique davantage pour les plaisirs de la table que pour ceux de l’apéritif.

Le plus du domaine

En été, chaque jeudi à 18 heures précises, le Galentin organise une visite de son chai, suivi d’une dégustation gratuite.

Signalons aussi que le domaine profite depuis peu deux gîtes décorés avec soin, bien équipés, pour sept et huit personnes. D’un excellent rapport qualité-prix !

 

Original & insolite

On a coutume de dire qu’il n’y a pas de vignes à Bandol et que si l’on parle aujourd’hui de vins de Bandol, c’est uniquement parce que, dans les temps anciens, bouteilles et bonbonnes partaient par la mer, depuis le port bandolais.  C’est vite dit ! Car il y a bel et bien des vignes à Bandol. De moins en moins, c’est vrai. Mais il y en a ! Pour preuve : le Galantin exploite aujourd’hui encore quelques-uns des derniers ares à avoir échappé à l’urbanisation galopante de cette charmante commune balnéaire.

Les incontournables


 

Bandol rouge : comme beaucoup de domaines bandolais, le Galantin propose des cuvées de longue garde tel ce vin arrivé aujourd’hui à son meilleur, avec ses arômes de sous-bois et de cuir, et ses tannins fondus.



 

Bandol rosé : suave et structuré, le rosé maison est dominé par le pamplemousse et les épices. A associer, ente autres, à la cuisine de “l’autre côté de la Méditerranée” : tajine d’agneau ou de lotte, couscous au poulet, aux légumes…


Coup de coeur

 

Appellation : AOC Bandol.

Couleur : rouge.

Robe : rubis.

Nez : frutis noirs.

Bouche : épices et poivres. Belle rondeur.

Accords : une viande en sauce, une venaison.

Médailles & distinctions

2014

Concours Général Agricole de Paris:
Médaille de bronze, rosé 2013
Médaille d'argent, rouge 2011

Concours des Grands Vins de Macôn:
Médaille de bronze, blanc 2013

Le saviez-vous ?

Le Galantin est certainement l’un des derniers endroits où l’on peut trouver du Marc de Bandol. Cette eau-de-vie est produite à partir de la rafle (le “squelette” de la grappe, sur lequel reste fixé un petite partie du raisin après l’éraflage). Après fermentation, elle est distillée dans un alambic en cuivre, chauffé au feu de bois. L’alcool obtenu passe ensuite une dizaine d’années en barrique pour en augmenter la richesse aromatique. Ainsi, même si le Galentin a arrêté sa production en 2000, il continue de commercialiser 350 bouteilles par an. « Actuellement, on commercialise le millésime 1994 ! »

Services & loisirs

  • Visite du domaine/de la cave

    Visite de la cave suivie d'une dégustation commentée et gratuite.
    Tous les jeudis à 18h de Juin à fin Août.
    Discover the domain and finish with a free wine tasting.Every thursday at 6 pm from June to August.
    Besichtigung des Weinkellers, mit Gratisprobe jeden Donnerstag um 18 Uhr (von Juni bis August).

Hôtellerie/Restauration

  • Meublé / Gîtes

    Location saisonnière ; 5 personnes;  avec piscine
    A 5 Km des plages de Bandol
    Gites de France classé 3 épis

Accueil & horaires

  • Ouvert au public

  • Parking voiture

    10 places.
     
    Autres périodes du mardi au samedi : 9h - 12 / 14h - 17h30

Horaires d'ouverture Haute saison
De juillet à septembre
Basse saison
De janvier à mars
Mardi 9h - 12h / 14h - 18h30 9h - 12h / 14h - 17h
Mercredi 9h - 12h / 14h - 18h30 9h - 12h / 14h - 17h
Jeudi 9h - 12h / 14h - 18h30 9h - 12h / 14h - 17h
Vendredi 9h - 12h / 14h - 18h30 9h - 12h / 14h - 17h
Samedi 9h - 12h / 14h - 18h30

Infos pratiques

  • Langues parlées :

    en.png Anglais
    de.png Allemand

  • Modalité d'expédition en France :

    A aprtir de 24 bouteilles uniquement.Frais de transport à la charge du client. S'adresser directement au domaine.

  • Toilettes réservées aux visiteurs

  • Parking voiture

    10 places.
     
    Autres périodes du mardi au samedi : 9h - 12 / 14h - 17h30