Domaine Tour Campanets

AOP Coteaux d'Aix-en-Provence - Le Puy Ste Reparade

« Ce ne sont pas les Romains qui cultivaient déjà les terres alentours qui l’ont construite. Pas plus qu’un seigneur du Moyen-Age. Non, la tour qui a donné son nom au domaine a été édifiée dans les années 60 par un vigneron visionnaire qui pensait qu’un chai rond et étagé, en permettant une vinification gravitaire, amènerait le vin à son meilleur. Une quête de qualité qui anime aujourd’hui encore Emmanuelle Baude, la nouvelle propriétaire. »

En 1963, Jean Bordonado et Marcel Lafforgue quittent l’Algérie, devenue indépendante, pour la France. Même si Marcel est le seul vigneron de métier, les deux amis ont une ambition commune : acheter des vignes et faire leurs vins. Ils s’installent ainsi tout prêt l’un de l’autre, au Puy-Sainte-Réparade, au nord du Pays Aixois. Jean crée alors le Château La Coste. Marcel, lui, rachète le Clos du Blanc qu’il rebaptise trois ans plus tard le Domaine Tour Campanets. Campanets ? C’est le nom d’un chemin en lisière de sa propriété. Et Tour ? A cause de celle qu’il a construite à son arrivée pour abriter sa cave. Répondant au nombre d’or cher aux architectes, parfaitement ronde, comptant trois niveaux dont un en sous-sol, il permet au maître des lieux de vinifier par gravité. Au fil des étapes qui en feront un vin, le jus coule ainsi tranquillement d’un étage à l’autre. Le maître des lieux en est persuadé : cette douceur, cette rondeur rendent le vin meilleur.

Marcel Lafforgue a l’amour du vin mais pas du commerce. Il vend donc l’intégralité de sa production à un négociant. Il en est ainsi jusqu’à sa mort, en 1999. Michel Théard, son successeur, reprend le principe. Si bien que quand Emmanuelle Baude rachète la propriété, en 2012, son domaine n’a toujours pas produit la moindre bouteille depuis sa création. Elle entend bien que cela change, décidée à vivre l’aventure vigneronne dans sa totalité. C’est que cette Avignonnaise d’origine, Marseillaise d’adoption, est venue à la vigne et au vin par passion, sur le tard, après avoir consacré la première partie de sa vie professionnelle au Droit. « J’étais notaire salariée dans une étude de Marignane. Après dix ans de carrière, la question d’acheter ma charge s’est faite plus pressante. Je me suis aperçue que l’idée ne me plaisait pas vraiment. Cela m’a fait réfléchir : faisais-je vraiment un métier que j’aimais ? N’étais-je pas en train de passer à côté de ma véritable vocation ? Et puis un jour, un dossier concernant un vignoble m’est passé entre les mains ; j’ai eu le déclic. J’ai su que ce que je voulais ! Je me suis inscrite à l’Université du Vin de Suze-la-Rousse pour y apprendre la viticulture et l’œnologie. »

La première année, elle conjugue encore ses études et son étude. La seconde, le planning des cours s’intensifiant, elle abandonne la deuxième. Adieu les actes, place à l’action. Son diplôme en poche, elle acquiert Tour Campanets et ses 30 hectares de vignes. « Un vignoble magnifique, parfaitement soigné, enraciné dans une terre argilo-calcaire fertile, planté en coteaux, vallons et plaines, à une altitude moyenne de 250 mètres. » Un tel trésor se respecte : avant même de passer devant... le notaire, Emmanuelle constitue son dossier pour une conversion biologique. « Je l’ai déposé sitôt la vente signée ! » La dame serait-elle pressée ? Pas toujours ! Pour preuve, elle recule encore le lancement de son premier blanc qu’elle imagine pourtant excellent. « Avec une exposition nord et la présence de nombreuses sources sur la propriété, j’ai un terroir à blanc. D’ailleurs, j’ai planté des rolles pour exploiter pleinement ce potentiel. Mais il est hors de question de les travailler avant deux ou trois ans. Je leur veux un peu d’âge pour offrir la longueur et l’amplitude que j’attends de mes vins. »
Pas de blanc, mais du rouge pour très bientôt. « Mes premières bouteilles sortiront en 2015. Elles seront nourries notamment de très vieilles syrahs, quasi septuagénaires, qui délivrent des notes épicées très prononcées et beaucoup de tannins. A moi d’œuvrer en cave pour en tirer de belles choses. » En attendant, ses visiteurs peuvent déguster ses deux cuvées de rosé : Tour Campanets et Bois des fées. Deux jolis vins qui confirment s’il était besoin que la dame a trouvé sa voie en quittant le « Droit chemin » !

Le plus du domaine

Dès 2015, aux beaux jours, Emmanuelle Baude proposera des journées portes ouvertes conjuguant dégustation, visite de la cave et balade dans les vignes et les bois. Elle travaille actuellement à l’aménagement des sentiers avec l’aide de l’ESAT Louis Philibert, situé lui-aussi sur la commune du Puy-Sainte-Réparade.

Original & insolite

Le Domaine Tour Campanets compte 60 ares de syrah plantés en... 1947. Un cas quasi unique dans une région ou ce cépage venu de la Vallée du Rhône a sévi à partir des années 60. Cette présence est d’autant plus remarquable que les vignes, à près de 70 ans, ont encore de beaux restes alors même que leurs cadettes ont révélé en Provence une relative fragilité. Il y a bien quelques « manquants » qui valent à la parcelle le surnom de « vieille dame édentée », mais la grande majorité des pieds sont en bonne forme et produisent chaque année des raisins de grande qualité.

Les incontournables


 

Coteaux d'Aix en Provence rosé cuvée Bois des Fées : un assemblage de grenache, de cabernet sauvignon et de syrah dont une partie issue de vieilles vignes presque septuagénaires. De l’amplitude et de la fraîcheur en bouche avec une note intense et succulente de figue blanche. Un ensemble parfumé et élégant qui convient à des crustacés, des coquillages, des poissons ou des viandes blanches.


Coup de coeur

 

Cuvée : Tour Campanets.

Appellation : Coteaux d’Aix-en-Provence.

Couleur : rosé.

Œil : rose clair.

Nez : fruité, sur les petits fruits rouges.

Bouche : aromatique, élégante et vive.

Accord : grillades, cuisine méditerranéenne, apéritif.

Le saviez-vous ?

Marcel Lafforgue était visionnaire. De plus en plus de domaines dont quelques grands noms du Bordelais, se mettent en effet à la vinification par gravité. Cette « méthode douce » qui voit les jus passer naturellement d’une cuve à l’autre pour suivre les différentes étapes de l’élaboration du vin, présente un grand avantage : celui d’éviter les pompages. On prévient ainsi le vin d’une éventuelle oxydation. Ce qui a pour effet de réduire l’emploi du souffre. On lui épargne aussi de trop brusques agitations. Ainsi ménagé, il peut prendre ses aises. La cuvaison est ainsi prolongée, ce qui a pour effet de gagner en complexité.

Services & loisirs

  • Visite du domaine/ de la cave uniquement sur rendez-vous

  • Dégustation

  • Produits du terroir

    Vente d'huile d'olive.

  • Parcours dans les vignes

  • Parcours pédestre

  • Autres

    Découverte du vignoble.
    Promenade vignes et bois.
    Parcours oenotouristique.

  • Autres prestations : www.facebook.com/domaine.tour.campanets 

  • Accueil groupe : Pour plus d'informations, se renseigner auprès du domaine.

Accueil & horaires

  • Ouvert au public

  • Accueil groupe : Pour plus d'informations, se renseigner auprès du domaine.

  • Le caveau est accessible aux personnes en situation de handicap

  • Les visites sont accessibles aux personnes handicapées

  • Visite du domaine/ de la cave uniquement sur rendez-vous

  • Parking voiture

    25 places

  • Parking bus

    5 places

Horaires d'ouverture Haute saison
De avril à septembre
Basse saison
De octobre à mars
Lundi 9h - 12h / 14h - 17h 9h - 16h30
Mardi 9h - 12h / 14h - 17h 9h - 16h30
Mercredi 9h - 12h / 14h - 17h 9h - 16h30
Jeudi 9h - 12h / 14h - 17h 9h - 16h30
Vendredi 9h - 12h / 14h - 17h 9h - 16h30

Infos pratiques

  • Agriculture Biologique

  • Possibilité de règlement par chèque

  • Langues parlées :

    en.png Anglais

  • Modalité d'expédition en France :

    Frais de port 20€, offert à partir de 36 bouteilles.

  • Toilettes réservées aux visiteurs

  • Parking voiture

    25 places

  • Visite du domaine/ de la cave uniquement sur rendez-vous

  • Parking bus

    5 places