Domaines Ott - Château Romassan

AOP Bandol - Le Castellet

« Au pied du Castellet, une grande bastide du XVIIIe siècle et un vignoble ciselé par de véritables orfèvres : les Ott. Voilà assurément ce que l’on appelle un joli couple. D’un côté, l’une des grandes familles de la viniculture provençale : les Ott. De l’autre, une appellation renommée, jouissant d’un terroir fait pour engendrer de grands vins. De leur rencontre est née l’un des plus beaux domaines de la région, l’un des plus grands aussi avec 70 hectares en exploitation : Château Romassan. »

« Jamais deux sans trois », assure une fameuse maxime. Elle vient peut-être à l’esprit de la famille Ott quand, dans les années 50, elle se met en chasse d’un troisième domaine en Provence. Les deux premiers ont belle réputation. Le Château de Selles, créé à Taradeau en 1912, produit un rosé que beaucoup de gourmets considèrent comme le meilleur au monde. Située à La Londe-les-Maures, les pieds dans l’eau, le Clos Mireille, lui, donne un blanc comme la Provence n’en a peut-être jamais connue. Deux merveilles que l’on doit aux convictions d’un seul et même homme : Marcel Ott. Cet ingénieur agronome alsacien a débarqué dans la région à la fin du XIXe siècle avec l’idée d’y faire de grands vins, à commencer par un rosé qui, se promit-il alors, se glisserait sur les meilleures tables de la planète, partageant leurs caves avec les rouges les plus prestigieux. En son temps, le discours a dû en amuser plus d’un. Laminé par le phylloxéra, le vignoble méditerranéen n’était bon qu’à étancher la soif de ceux qui partageaient son soleil. Pourtant, un demi-siècle plus tard, il n’y a plus grand monde pour sourire.

Travail préparatoire des sols, maîtrise des rendements, sélection des cépages pour leurs vertus qualitatives et non quantitatives, enrichissement naturel de la terre, emploi des levures indigènes pour la fermentation : les méthodes originales de l’agronome alsacien font des miracles à Taradeau comme à La Londe,  Si bien que la célèbre bouteille des Domaines Ott, inspirée par les amphores romaines, rencontre un vif succès jusque dans le Nouveau Monde où elle est exportée depuis les années 30.

Il manque pourtant une couleur et pas des moindres à ce tableau idyllique : le rouge. En 1956, les Ott décident donc de combler cette lacune et se mettent en quête d’une nouvelle aventure vinicole. Des recherches qui les mènent jusqu’au Castellet, dans la région de Bandol. Difficile d’espérer meilleur terroir en Provence pour produire de bons vins rouges. Ce coin du Var, situé à l’ouest de Toulon, fait en effet référence en la matière. Longuement vieillis en foudres, les vins du cru sont âpres sur leur jeunesse mais vieillissent merveilleusement bien. Au point qu’en 1941, Bandol fut parmi les premiers vignobles de France à décrocher son Appellation d’Origine Contrôlée. Les héritiers de Marcel savent tout cela et n’hésitent pas : ils acquièrent le Château Romassan. C’est une grande et belle bastide du XVIIIe siècle. Ces caves voûtées sont remarquables : un bel écrin pour élever de grands vins. Mais encore faut-il les produire ! Alors, les nouveaux propriétaires se mettent au travail.

Trente ans. Il faut trois décennies pour aménager le domaine tel que Marcel l’aurait souhaité. Parce qu’il craignait plus que tout l’érosion de ses sols, le patriarche avait remodelé entièrement ses deux précédentes propriétés, les aménageant en terrasses et espaliers. Les parcelles de Romassan ne sont pas traitées différemment. On terrasse, on maçonne, on nivelle : 2% de pente, ni plus ni moins ! On replante aussi. Un peu de syrah, grenache, cinsault et beaucoup de mourvèdre, ce cépage d’origine espagnole qui a trouvé en l’arrière-pays bandolais sa terre d’élection. Un raisin de tempérament dont Christian et Jean-François Ott, la quatrième génération, aujourd’hui à la tête du domaine, tirent désormais la quintessence avec deux vins racés, typiques du terroir qui les a vu naître : un rouge aux arômes prononcés de fruits mûrs et un rosé de gastronomie rond et suave.

Le plus du domaine

Le Château Romassan vous propose de déguster l’ensemble des vins des Domaines Ott parmi lesquels le Cœur de Grain du Château de la Selle et le Blanc de Blancs du Clos Mireille. Ne manquez pas de goûter à une autre spécialité maison : le vieux marc de rosé. Il est obtenu à partir du marc (les peaux, les pépins et les rafles qui restent dans le pressoir) des raisins utilisés pour le Cœur de Grain du Château de Selle. Récupérée dans le pressoir, cette matière va fermenter avant de partir en distillation pour donner une eau de vie délicate. Celle-ci passe alors dix ans en fûts de chêne. C’est là qu’elle prend sa belle couleur ambrée et son arôme définitif.

Original & insolite

La bouteille des Domaines Ott est unique en son genre. Elle a été imaginée en 1930 par René Ott, le fils de Marcel, qui s’est inspiré des fameuses amphores romaines. Une façon de rendre hommage aux compatriotes de César, pères du vignoble provençal.

Les incontournables


 

Bandol rosé cuvée Cœur de Grain : un rosé racé, avec de beaux parfums d’agrumes et de fleurs blanches. Sa bouche, marquée par les fruits à chair blanche, est tout en équilibre, à la fois fraîche et soyeuse. Pour une langouste, une daurade ou un loup, surtout s’ils sont grillés.


Coup de coeur

 

Appellation : Bandol.

Couleur : rouge.

Œil : robe grenat.

Nez : complexe aux notes de fruits rouges, fraise des bois, cuir, épice mais aussi de la fraîcheur avec des notes réglissées.

Bouche : suave avec une belle attaque, des arômes de fruits bien mûrs et des tanins ronds.

Accords : gibier, côte de bœuf, daube, entremet au chocolat noir.

Le saviez-vous ?

Il y a quelques années, la plupart des héritiers de Marcel Ott ont cédé leurs parts à la famille Roederer, l’un des grands noms du Champagne. Seuls Christian et Jean-François, les arrière-petits-fils du fondateur sont restés au sein des Domaines Ott. Ils en partagent la direction et perpétuent avec le plein soutien du nouvel actionnaire l’esprit d’excellence qui a toujours animé leurs aînés.

Services & loisirs

  • Dégustation

Accueil & horaires

  • Ouvert au public

Horaires d'ouverture Haute saison
De 2 janvier à 31 décembre
Basse saison
De janvier à janvier
Lundi 9h - 12h / 14h - 18h
Mardi 9h - 12h / 14h - 18h
Mercredi 9h - 12h / 14h - 18h
Jeudi 9h - 12h / 14h - 18h
Vendredi 9h - 12h / 14h - 18h

Horaires d'ouverture du caveau Haute saison
De 2 janvier à 31 décembre
Basse saison
De janvier à janvier
Lundi 9h - 12h / 14h - 18h
Mardi 9h - 12h / 14h - 18h
Mercredi 9h - 12h / 14h - 18h
Jeudi 9h - 12h / 14h - 18h
Vendredi 9h - 12h / 14h - 18h

Infos pratiques

  • Possibilité de règlement par CB

  • Possibilité de règlement par American Express

  • Possibilité de règlement par chèque

  • Langues parlées :

    en.png Anglais