Domaines Ott - Clos Mireille

AOP Côtes de Provence - Cru classé - La Londe Les Maures

« Un vignoble pieds dans l’eau où l’on cultive la vigne et l’excellence. Voisin du fort de Brégançon, résidence d’été des Présidents de la Ve République, le Clos Mireille a été façonné par Marcel Ott, l’un des pères des Côtes de Provence. Trois générations lui ont succédés à la tête du domaine londais, mais l’ambition qu’il a apportait ici en même temps que son savoir-faire est toujours d’actualité : celle de faire de grands vins. »

Marcel Ott est l’une des figures historiques du vignoble provençal. Il compte parmi les quelques pionniers qui, au début du XXe siècle, ont eu foi en cette terre et l’ont travaillée avec art et passion pour en sortir du bon vin. Il fallait être sacrément visionnaire pour se lancer dans une telle entreprise. C’est que dans les années 1900, la vigne méridionale a triste mine et les vins qu’on en tire sont bien médiocres. La Belle Epoque a oublié les vignerons du cru. Peut-être parce qu’ils n’ont pas su s’attirer ses bonnes grâces. Ravagés par le phylloxera, cet insecte américain qui parasite les racines des vignes, leurs champs ont été replantés avec des cépages passables, choisis davantage pour la quantité de jus qui livrent sous la presse que pour la qualité de leurs arômes. Ils sont néanmoins quelques-uns, aux quatre coins de la région, a pensé qu’il y a mieux à faire. Ott est de ceux-là…

Il a débarqué dans la région en 1896, au terme d’un long périple à travers la France vinicole qui l’a mené de son Alsace natale à la côte varoise. Jeune ingénieur agronome, il entend créer son propre domaine. Il croit avoir trouvé son Graal à Cavalaire. L’expérience s’avère sans grand intérêt. La seconde tentative est nettement plus fructueuse. En 1912, l’Alsacien quitte la côte pour Taradeau, dans le moyen-pays varois, où il fait l’acquisition du Château de La Selle, une ancienne propriété des Comtes de Provence. Cette fois, il en est sûr : il va pouvoir y appliquer toutes ses idées en matière de viniculture : le respect de la terre (« Tout ce que vous mettez dans vos sols, un jour, le vin vous le rendra », aimait-il répéter), une sélection rigoureuse des cépage, le renouvellement constant des plants, le remodelage du relief pour dessiner des parcelles en restanque à la pente infime pour drainer sans éroder. Et puis, il avoue une grande envie, un peu folle pour l’époque : il veut faire du rosé. Pas la piquette du moment, ce vin de soif qui sévit sur tous les chantiers, dans tous les ateliers du Midi. Non, un vrai vin, à la fois délicat et gorgé de saveur. Il va pour cela employer une technique quasiment inconnue de ses contemporains : le pressurage direct. Il recueille et vinifie le premier jus de ses raisins.

C’est une révolution. Elle vaut au domaine varois un succès immédiat et à son mentor une réputation flatteuse. Si bien que dans les années 30, l’une de ses connaissances, un industriel du nom de Corbin, lui propose de prendre la régie de son domaine : 170 hectares situés à La Londe-les-Maures, sur le front de mer, à deux pas de l’austère Fort de Brégançon. Quelques années plus tard, le régisseur se fait propriétaire : le Clos Mireille devient la seconde pépite de la famille Ott. Les préceptes explorés à Taradeau sont repris pour le vignoble londais. A une exception près : cette fois, Marcel n’entend pas faire ce rosé qui a fait sa renommée mais du blanc. Un blanc pétillant pour lequel il plante du sémillon, persuadé que ce Bordelais d’origine se plaira sur cette terre argilo-schisteuse baignée par la Méditerranée. Les premières vendanges lui donnent raison et le Blanc de Blancs du Clos Mireille suscite le même engouement que le rosé de La Selle.
Aujourd’hui, les vins du Clos Mireille ne pétillent plus. Ils n’en ont pas cessé pour autant de briller. Il faut dire que Christian et Jean-François Ott, la quatrième génération de vignerons, restent fidèles aux méthodes de leur glorieux aîné. Toujours en quête d’excellence, ils travaillent les sols à la main, limitent les rendements, amendent leurs sols avec des produits naturels (engrais minéraux et compost), vendangent manuellement leur cinquante hectares de vigne et pratiquent un tri rigoureux, tant sur pied qu’à l’entrée de la cave. Le résultat est à la hauteur des efforts consentis : dans sa bouteille typiquement “Ott” inspirée à René, le fils de Marcel, par les amphores romaines, le blanc du Clos Mireille reste l’une des grandes références en Provence.

Le plus du domaine

Le caveau du Clos Mireille accueille la production des deux autres domaines Ott : le Château de Selle, à Taradeau, et le Château Romassan, situé à Bandol. L’occasion est belle de déguster les trois rosés et de mesurer ainsi concrètement les différences entre trois grands terroirs de Provence. Tout en sophistication, le duo porte assurément la pâte “Ott”. Il n’en reste pas moins que chaque vin a sa propre personnalité. A vous de choisir celle qui vous ressemble le plus.

Original & insolite

Avec ses belles bâtisses en pierres de taille, ses jardins soigneusement entretenus, ses pinèdes et ses vignes qui descendent jusqu’à la mer, le Clos Mireille a des allures de paradis. Une image qu’il cultive en abritant trois cocotiers. Des spécimens très rares dans le Var, plantés là il y a deux bons siècles. Un âge avancé qui ne les empêche pas de livrer chaque année leurs lots de noix de coco. Elles sont terriblement gourmandes, à ce qu’il paraît !

Les incontournables


 

Côtes de Provence rosé Cœur de grain : tout le savoir-faire des Ott en bouteille. Grenaches, cinsaults, cabernet-sauvignons et syrahs sont pressés avec la plus grande douceur pour travailler des jus subtils. Le résultat : un nez sur les fruits blancs, la fraise des bois et des zestes d’agrume. La bouche est aérienne, équilibrée avec une finale suave et harmonieuse. Pour l’apéritif, la cuisine asiatique, des sardines grillées.

 


Coup de coeur

 

Appellation : Côtes de Provence.

Cuvée : Blanc de Blancs.

Couleur : blanc.

Œil : jaune tendre aux reflets ourlés de vert.

Nez : notes de grillé, de thym et de pignon de pin qui évoluent subtilement sur des arômes fruités de mangue verte et de nectarine blanche.

Bouche : Une attaque fraîche et croquante aux notes de citron vert, une bouche ample à la texture soyeuse, aux arômes de sauge et de genêt, une finale persistante et minérale, aux parfums de garrigue.

Accords : viandes blanches, crustacés

Le saviez-vous ?

Originaire du Bordelais et, plus précisément, du vignoble de Sauterne, le sémillon est un cépage blanc apprécié des vignerons provençaux, même s’ils le cultivent beaucoup moins que le roll, l’ugni blanc ou la clairette. Il apporte aux vins des notes de poire mûre, de miel, de fleur d’acacia et de fruits secs, comme la noisette. En bouche, il se manifeste par un joli gras, une belle rondeur et une faible acidité.

Services & loisirs

  • Dégustation

  • Séminaire : De 10 Jusqu'à 15 personnes

Accueil & horaires

  • Ouvert au public

  • Parking voiture

    5 à 10 places

Horaires d'ouverture Haute saison
De 1 janvier à 31 décembre
Basse saison
De janvier à janvier
Lundi 9h - 12h / 14h - 18h
Mardi 9h - 12h / 14h - 18h
Mercredi 9h - 12h / 14h - 18h
Jeudi 9h - 12h / 14h - 18h
Vendredi 9h - 12h / 14h - 18h

Horaires d'ouverture du caveau
Lundi 9h - 12h / 14h - 18h
Mardi 9h - 12h / 14h - 18h
Mercredi 9h - 12h / 14h - 18h
Jeudi 9h - 12h / 14h - 18h
Vendredi 9h - 12h / 14h - 18h

Infos pratiques

  • Possibilité de règlement par CB

  • Possibilité de règlement par American Express

  • Possibilité de règlement par chèque

  • Langues parlées :

    en.png Anglais

  • Modalité d'expédition en France :

    Sur demande

  • Modalité d'expédition à l'étranger

    Sur demande

  • Parking voiture

    5 à 10 places